Objectif zéro émission renforcé pour le Costa Rica

28Fév

Le président Costa Ricains Carlos Alvarado Quesada a affirmé son profond désir de réduire les émissions de gaz à effet de serre de son pays. Pour se faire, le chef de l’Etat a mis en place un plan économique mobilisant plusieurs partis afin de réellement prouver la réactivité des pays centraux d’Amérique face à l’enjeu du réchauffement climatique. La réponse donnée c’est un plan zéro émission. Une telle action consiste à stopper toutes activités responsable de fortes émissions de gaz à effet de serre.

Avec le soutien du ministre de l’environnement, Carlos Manuel Rodríguez, ils espèrent que leurs petits enfant en 2035 auront une empreinte carbone similaire à celle de leurs parents décédés en 1940, et même une empreinte nulle en 2050. En lançant ce plan, le but de l’Etat n’est pas seulement de réduire l’empreinte carbone du pays, mais d’apporter des bénéfices à cette reduction. En s’appuyant sur un réduction massive de la production de gaz à effet de serre et le maintien de la forêt Costa Ricaine, le pays s’impose un challenge de taille. 

Malgré l’engouement et la détermination du gouvernement, l’enjeu reste de taille et est remis en cause par certains dirigeants du pays. 

Afin de mener à bien cet objectif zéro émissions, le plan d’action prévoit de revoir deux secteurs émetteurs: les transports et la consommation de pétrole

Les transports représentent près de 40% de la production de gaz à effet de serre selon l’institut météorologique national, faisant des transports, la principale source de gaz à effet de serre. 

L’objectif étant de réduire de moitié de nombre de voiture circulant dans les zones urbaines, le pays compte moderniser ses transports en commun en mettant en place un réseau de train électrique pouvant transporter près d’un million de personnes chaque jour. 

Par ailleurs, le ministre de l’environnement souhaite implémenter des bus électriques qui représenteraient 70% des bus en service et 25% pour les voitures en 2035.

Cependant, le directeur des opérations pour les transports à énergie hydrogène Ad Astra rocket, affirme c’est un vrai challenge qui comme il le souligne rencontrera quelques problèmes notamment au niveau des transports volumineux.

Enfin, réduire l’utilisation du pétrole reste un défi pour le gouvernement. En effet, 12% des revenus de l’Etat proviennent de la taxation de l’essence. L’enjeu réside dans la recherche d’alternatives énergétiques. Mais également dans la possible révision du système des taxes pour trouver une taxe adaptée aux nouvelles consommations.  

LAISSER UN COMMENTAIRE